Arcanes, la lettre


Chaque mois, l'équipe des Archives s'exerce à traiter un sujet à partir de documents d'archives ou de ressources en ligne. Ainsi, des thèmes aussi variés que la mode, la chanson, le cinéma, le feu sont abordés...

Valise


janvier 2018

DANS LES ARCANES DE


Vue d'intérieur de l'agence de Blagnac de la Banque Régionale d'Escompte et de Crédit, les employés expliquant aux gendarmes le déroulement du braquage, 8 octobre 1971. Photographie André Cros - Ville de Toulouse, Archives municipales, 53Fi1107.

Des valises


janvier 2018
A parler de valises entre archivistes on comprend vite qu'en fait on ne se comprend pas du tout !
Pour les uns, les valises évoquent le voyage, le camping, le train, l'évasion ; d'autres y voient une mallette du parfait cuisinier (si, si !), et dans les fonds d'archives anciennes on imagine plutôt…
Non, on n'imagine pas, on voit !
On voit des poches de distraits délestées, des brigands de grand chemin l'arme au poing, des vols domestiques, des effractions dans les maisons vides que l'on s'empresse de vider encore plus, des églises que l'on pille audacieusement et des boutiques que l'on dévalise à la nuit tombée.
Il faut bien admettre qu'à classer le fonds des procédures criminelles des capitouls, on finit inévitablement par voir le mal partout et que, peu à peu, le crime vous habite.
Tenez, rien qu'en 1702 (FF746) : le dépouillement d'un touriste dans une auberge, le braquage raté chez un directeur des impositions, quatre vols domestiques. Attendez, le meilleur reste à venir : il y a encore un vol de chien (« un très beau chien canard à poil blanc »), un vol de cochons, un vol d'oignons dans un jardin, un vol de portes et de fenêtres et enfin un autre de tapisseries !
Personnellement, on a un petit faible pour cette affaire remontant à 1704 où le marchand Jean Glanouze se fait dévaliser et subtiliser sa « valise forte » qui, à ses dires, contenait tout de même la somme de 1 000 livres (FF748/1, procédure #012).

ZOOM SUR


.

Année 1920-1930. Vue d'ensemble d'une valise d'ustensiles de cuisine. Joseph Saludas, Ville de Toulouse, Archives municipales, 2Fi5332.

Ustenlise


janvier 2018

Ne cherchez pas, c'est un mot-valise. Un de ces mots à tiroir dans lesquels on fourre ce que l'on veut, en l'occurrence ici à la fois le contenant et le contenu, la valise et l'ustensile. Et quelle valise ! Avec ça vous passez soit incognito, soit pour un sniper, c'est au choix.

Ce tirage photographique est le fruit du travail de Joseph Saludas, dont vous trouverez près de 450 clichés dans nos fonds en faisant une recherche par auteur. Il a documenté foires et vitrines de commerces, groupes de sportifs et d'écoliers. Vous reconnaîtrez au moins une image déjà proposée ici, issue d'une série sur les cuisines collectives.

Mais pour en apprendre plus sur ce photographe qui œuvra pendant près de quarante ans à Toulouse et dans la région, consultez donc le tome 2 de l'Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse, de François Bordes, paru en décembre 2017. On en parle ici, et comme il est bien entendu dans nos rayons, vous pourrez le « loeilleter » en salle de lecture, et l' « exapouiller » pour vos recherches sur la photographie toulousaine entre 1914 et 1974.

Et en passant, « excellonne » année à vous !

DANS LES FONDS DE


.

Zone verte de Sesquières, entrée du camping municipal de Rupé, 1982. Ville de Toulouse, Archives municipales, 2Fi4385.

Poser ses valises "au Rupé"


janvier 2018

L'hiver est bien installé et voilà que nous pensons déjà à la chaleur, aux grillades et longues soirées d'été. Pour cette invitation au voyage, pourquoi ne pas songer à poser ses valises au camping municipal de Rupé ?

Situé près de la zone verte de Sesquières, au 21 chemin du Pont de Rupé, il doit son nom à un maître chaussatier (artisan du textile), Jacques de Rupé, qui possédait une métairie en ce lieu au 16e siècle. Pour développer le tourisme, la Ville, a acheté, en 1962, une parcelle de 28 000 m², a procédé à l'aménagement des installations et a décidé le classement du camping de Rupé dans le domaine public communal en 1970. Depuis sa création, la Ville a assuré son exploitation en régie directe.

Mais pour maintenir le classement du camping en trois étoiles, moderniser l'équipement et étendre la capacité d'accueil (jusqu'alors fixée à 600 campeurs), en 1991, il a été décidé de confier à un professionnel, par contrat de concession, l'ensemble des missions de construction, d'exploitation et de développement des activités de camping caravaning. C'est ainsi que la Société Financière Midi-Pyrénées s'est vue confier la délégation de service public de cet établissement pour une durée de 30 ans.

Lettre adressée à sa majesté l'empereur Napoléon III par J. Roaldès, ancien conseiller municipal au sujet de la construction d'un pont devant la gare de Toulouse. Ville de Toulouse, Archives municipales, 1Z449/1 (détail).

Quand les valises tombaient dans le canal


janvier 2018

Après maintes discussions et incertitudes sur son emplacement, la gare Matabiau fut inaugurée le 31 août 1856, en présence de l'archevêque Mgr Rioland, qui bénit 4 locomotives ornées de drapeaux, consacrant la ligne Bordeaux-Cette. La compagnie ferroviaire du midi s'était engagée à édifier un pont afin de permettre la circulation entre la ville et la gare, mais devant l'ampleur et le coût des travaux, la construction pris du retard. De ce fait, de nombreux voyageurs, ne pouvant s'offrir l'omnibus qui empruntait les contre-allées Louis Napoléon pour acheminer les voyageurs en ville, marchaient tout droit en sortant de la gare et tombaient dans le canal avec leurs valises.

Déjà en novembre et décembre 1857, plusieurs voyageurs furent repêchés sains et saufs mais leurs valises furent perdues ou bien détériorées. Malheureusement, le drame prévisible s'avéra et, le 20 janvier 1858, un soldat du 93e régiment qui venait d'Afrique se noya. La liste des incidents s'allongea encore le 11 février 1859. C'est ainsi que Le Journal de Toulouse relata que « vers 6 heures du soir, Gustave Saver, sergent fourrier au 88e régiment était tombé dans le canal en sortant de la gare et que heureusement il savait nager ».

C'en était trop, M. Roaldès, ancien conseiller municipal décida d'agir et envoya une requête à Napoléon III, empereur des Français et à M. Boselli, préfet du département. Sans doute fut-il entendu puisqu'en 1860 la construction du pont Bayard (aujourd'hui du 19 mars 1962) fut décidée et confiée à l'ingénieur Urbain Maguès.

DANS MA RUE


.

Gare Saint-Agne vers 1910. carte postale N&B, papier, 9 x 14 cm, vers 1910, Ville de Toulouse, Archives municipales, 9Fi7191.

Jamais sans ma valise !


janvier 2018
L'arrivée du chemin de fer en 1856, favorisant la circulation des hommes et des marchandises, est considérée par les Toulousains comme un élément essentiel du développement économique du Midi languedocien. Jusque dans les années 1940, date à laquelle les autobus prennent le dessus, les lignes ferroviaires se multiplient, créant un véritable maillage du territoire tout en dynamisant Toulouse. Sur la commune plusieurs petites haltes voient le jour en périphérie de la ville (Roguet, Croix-Daurade, Lardenne…). Il s'agit plus de halles provisoires pour le service de voyageurs sans bagages que de véritables gares, telle celle de Saint-Agne.Gare Saint-Agne. Photo Cadeau, Fabien, 2014 (c) Ville de Toulouse ; (c) Inventaire général Région Occitanie, IVC31555_20143100508NUCA.
Cette dernière est rapidement très fréquentée. Par son emplacement, elle draine le transport des gens des quartiers alentours, celui des militaires de la caserne Niel voisine et celui des ouvriers de la poudrerie du Ramier. Traversée par les lignes allant d'un côté à Foix et de l'autre à Bayonne, elle est également un lieu de départ vers les stations balnéaires des Pyrénées ou les lieux de pèlerinages comme Lourdes ou Pibrac.
En 1884, des voyageurs signent une pétition pour que la halte de Saint-Agne devienne une véritable station ferroviaire, pouvant gérer le service de bagages, ces derniers devant se rendre à Matabiau pour y faire enregistrer leur valise !
Une carte postale ancienne permet de découvrir la halle établie en bordure de voie ferrée au début du 20e siècle. De plan rectangulaire, ses murs étaient en pan de bois hourdé de briques apparentes, son style rappelant l'ancienne gare de Lardenne aujourd'hui occupée par un commerce.
Le bâtiment d'accueil actuel a été reconstruit dans les années 1960 sur le même modèle que celui de la gare de Saint-Cyprien.

SOUS LES PAVÉS


.

Monnaie d'Herennius Etruscus (250-251) représentant Mercure tenant une bourse et un caducée, publiée dans Henry Cohen, Description historique des Monnaies frappées sous l'Empire romain, 1885.

Il y a des jours où on a envie de la faire…


janvier 2018

… sa valise. Je m'explique. Cette rubrique est censée traiter de l'archéologie toulousaine en suivant le thème du mois, cette fois-ci « valise ». J'avoue être resté hermétique à ce mot et, sans demander l'avis du rédacteur en chef de cette newsletter, je vais me permettre d'adapter un peu le sujet en optant pour un contenant un peu plus petit, la « bourse ». J'ai donc choisi entre la bourse et l'avis…

La tâche sera ainsi plus facile car les archéologues, surtout les numismates, sont quelquefois amenés à parler de bourse. En effet dès que quelques monnaies sont découvertes groupées mais sans trace d'emballage, il est tentant d'évoquer la perte, ou la dissimulation volontaire, d'une bourse dont le tissu ou le cuir n'aurait pas résisté au temps. Cette hypothèse a ainsi été présentée par Vincent Geneviève, archéologue à l'Institut national de recherches archéologiques préventives, à propos d'un lot de six monnaies romaines du 2e siècle après J.-C. retrouvées en 2002 lors d'une fouille aux alentours de Toulouse, à Cornebarrieu plus exactement (vous pouvez lire son article dans la Revue de Comminges de juillet-décembre 2004). On trouve d'ailleurs sur certaines monnaies antiques la représentation d'une bourse, en attribut du dieu Mercure par exemple, comme le montre notre illustration.

Il faut ajouter que, lorsque le Musée de Toulouse a acheté la collection d'antiquités du Comte de Clarac en 1843, celle-ci comprenait un fragment de toile, trouvé lors d'une fouille à Pompéi en 1813, qui avait servi à envelopper un trésor de 438 monnaies d'or, d'argent et de bronze. Plutôt qu'une bourse, on peut parler dans ce cas de sac.

EN LIGNE


.

La nuit de la photo à la chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, remise de cadeaux à des enfants. A gauche Henry Delgay. 1967. Delgay (famille) - Ville de Toulouse, Archives municipales, 36Fi207 (détail). Licence CC BY SA 4.0.

Dans la hotte du Père Noël


janvier 2018

L'année 2017 s'est achevée et il est temps de faire le point sur les cadeaux qu'il a apportés.

Les amis de la généalogie seront peut-être satisfaits car nos collections de tables décennales et de registres d'état civil sont quasiment toutes numérisées. Les pages numérisées remplacent, partiellement, la collection du greffe généreusement offerte par les Archives départementales de la Haute-Garonne, il y a déjà quelques années. Mais il y en a pour tout le monde !

Lots de numérisation intégrés dans notre base de données en ligne en 2017 :

- 42 tables décennales : la collection du greffe est toujours accessible en fichiers pdf liés aux notices ;
- 124 registres d'état civil entre 1796 et 1916 (1E) ;
- 41 listes électorales de 1864 à 1884 (4K1-4K41): ces listes nominatives permettront de compenser, en partie, les listes de recensement lacunaires pour cette période ;
- 72 matrices cadastrales de 1788 à 1914 (1G1-1G16, 1G138-1G193) : rubrique 2.FINANCES, IMPÔTS, CADASTRE dans l'arborescence des registres et dossiers numérisés ;
- 8 856 images dont 3 184 reportages photographiques de la direction de la Communication de 1993 à 2000 (15Fi), 774 clichés numériques de Stéphanie Renard réalisés pour les Archives (4Num), 698 images du fonds Chamayou réalisées par Pierre Henri Désiré Laffont (18 Fi).

Et prochainement devraient arriver les vues suivantes :

- 54 registres d'état civil de plus ;
- la liste électorale imprimée de 1866 (4K147) ;
- 1 005 plans d'urbanisme et d'architecture du 19e et début 20e siècle (64Fi).

Bonne navigation !