ARCANES, la lettre

Sous les pavés


Chaque mois, l'équipe des Archives s'exerce à traiter un sujet à partir de documents d'archive ou de ressources en ligne. Retrouvez ici une petite compilation des articles de la rubrique "Sous les pavés", dédiée à l'archéologie.

SOUS LES PAVÉS


.

Médaille récompensant le concours de poésie de la société des Lanternistes de Toulouse, dessin publié dans le Mercure galant d'avril 1694.

Lumière dans la nuit, Ariège dans les débris


juin 2024

C'est en 1640 que fut créée, à Toulouse, la société des Lanternistes, précurseur de l'académie des sciences, inscriptions et belles-lettres, et non pas de la compagnie d'éclairage public. En effet, cette curieuse dénomination ne vient pas des lanternes utilisées par les sociétaires pour se rendre à leurs réunions nocturnes, mais plutôt de leur désir d'éclairer les esprits. C'est ce qui transparaît de leur devise apposée sur la médaille en argent qu'ils distribuaient comme prix de leur concours de poésie annuel : Lucerna in nocte. Comme le montre le dessin que nous présentons, cette légende entourait une étoile à l'avers, tandis que le revers montrait Apollon jouant de la lyre et légendé Apollini Tolosano. Avant de disparaître en 1704, les Lanternistes instituèrent aussi un concours de louange au Roi, récompensé cette fois-ci par une médaille en or portant d'un côté le portrait de Louis XIV et de l'autre Pallas s'appuyant sur un bouclier aux armes de Toulouse. Il semble qu'aucune de ces précieuses médailles ne soient parvenues jusqu'à nous. Le numismate toulousain Emmanuel Delorme, probablement frustré de ne pas posséder un original dans sa collection, fit même fabriquer en 1885 des reproductions en cuivre de la médaille Lumière dans la nuit.

Il faudra bien de la chance pour retrouver, lors de fouilles, l'une de ces raretés numismatiques, voire l'une des copies de Delorme. Pourtant, des médailles, on en exhume parfois. Lors d'une intervention récente dans le sous-sol de l'église Saint-Exupère, la cellule archéologique de Toulouse Métropole a découvert, parmi des débris jonchant une ancienne loge funéraire, la médaille d'une exposition-concours tenue à Foix en octobre 1894. Personne n'a su expliquer comment, à partir du centre du département de l'Ariège, elle avait fait son chemin jusqu'à la crypte d'une église toulousaine.

Graffiti animalier sur tesson de poterie gauloise découvert dans le quartier Saint-Roch à Toulouse, infographie Marc Comelongue, d’après un dessin d’André Glory paru dans Gallia en 1947.

L’oie qui fait cygne


mai 2024
Quand on cite Toulouse, on peut penser au Capitole. Et quand on évoque le Capitole, on peut se rappeler du mythe des oies qui l’ont défendu d’une attaque des Gaulois. Sauf que cette histoire concerne le Capitole antique de Rome, pas l’édifice toulousain bien plus récent. Alors, pas d’oie à Toulouse durant l’Antiquité ? Peut-être que si.

Lors de fouilles effectuées dans le quartier Saint-Roch par Léon Joulin, au début du 20e siècle, de nombreuses céramiques gauloises ont été découvertes. L’une d’elles est exceptionnellement décorée de graffitis animaliers et, conservée au musée des Toulousains de Toulouse dans les années 1940, elle y fut dessinée par André Glory.
Comme le montre son croquis que nous présentons ici, on y trouve, accompagnant cerf et sanglier, une silhouette d’oiseau à long cou que cet archéologue a pu interpréter comme une oie… ou comme un cygne.
Effectivement ce bec bossu, c’est peut-être un signe. On peut aussi y voir un flamant rose, mais là on passe du Capitole à la Camargue.
Portraits des capitouls et tour occidentale du pont de la Daurade, anonyme, Chronique 132, 1437-1438, Annales manuscrites de la Ville de Toulouse, 1er Livre des Histoires, 1352-1516. Mairie de Toulouse, Archives municipales, BB273.

On nous raconte des histoires


avril 2024

Sous l’Ancien Régime, la commune de Toulouse publiait ce que l’on a maintenant l’habitude d’appeler des "Annales", pour immortaliser les actions les plus remarquables de l’administration de l’année passée. Mais, quand on consulte ces manuscrits, on s’aperçoit que les titres originels de ces chroniques annuelles utilisent plutôt le terme "Histoires". On les embellissait aussi avec des enluminures où les archéologues peuvent faire quelquefois leur marché. Pour exemple, nous présentons ici l’illustration montrant une tour qui défendait l’ancien pont de la Daurade, rebâtie durant l’exercice 1437-1438. Image précieuse car, même si la pile qui la supportait existe encore, cette tour fut rasée en 1734. Malheureusement, beaucoup de ces enluminures ont été détruites lors d’un autodafé pendant la Révolution. On sait d’ailleurs qu’on perdit à cette occasion la représentation de l’écroulement du Pont Vieux en 1485, qui aurait pu constituer un témoignage exceptionnel sur cette structure mal connue.

Les textes mêmes de ces "Livres des Histoires" abondent évidemment d’indications utiles pour reconstituer Toulouse disparu. Il faut toutefois rester prudent. Ces bilans étaient rédigés par un administrateur dont on peut se douter qu’il avait été témoin d’une partie des évènements qu’il décrivait. Et pour le reste, il pouvait s’appuyer sur les procès-verbaux des délibérations des conseils municipaux. Mais la synthèse conduit parfois à des approximations. Les Annales nous apprennent, par exemple, que l’on construisit un nouveau pont, dit de Clary, en 1613. Jeté sur la Garonne entre l’île de Tounis et le quartier Saint-Cyprien, elles nous disent aussi qu’on acheta la maison du teinturier Guillaume Pinel que l’on démolit pour aménager l’entrée du pont. Démolie ? Pas si sûr, en tout cas pas tant que ça. Si l’historien se plonge dans les archives les plus précises dont il dispose, c’est-à-dire les devis de travaux, il comprendra alors que, si le rez-de-chaussée de la maison fut bien dégagé pour servir de passage, ses deux étages furent néanmoins laissés en place. L’archéologue pourra ainsi, au lieu d’indiquer faussement que la maison Pinel fut détruite en 1613, nous apprendre que l’on inventa, cette année-là à Toulouse, un nouveau concept architectural : la maison-pont.

Grenouille sculptée dans un bénitier de l’église Saint-Paul de Narbonne, photographie Frédéric Vialelle, Direction du Patrimoine de Toulouse Métropole.

Fouille à la grenouille


mars 2024
Les Égyptiens ont produit, durant l’Antiquité, des lampes en terre cuite représentant une grenouille et l’une d’elles a été retrouvée à Bordeaux vers 1910. Elles restent malgré tout rares en Europe et aucune des fouilles effectuées jusqu’à présent à Toulouse n’a apparemment révélé ce type d’objet. Néanmoins, une petite grenouille en bronze, servant de pendentif, fut recueillie lors de recherches sur le site gaulois de Vieille-Toulouse.

Un archéologue médiéviste ou moderniste aura, quant à lui, peut-être tendance à rechercher des grenouilles dans les bénitiers d’église, influencé par la proverbiale expression. Mais il faut avouer qu’à Toulouse, ni même aux alentours, la pêche ne sera pas bonne. Il faudra qu’il explore le département voisin de l’Aude pour enfin trouver, dans l’église Saint-Paul de Narbonne, le joli batracien taillé dans le marbre dont nous présentons une photographie. Il pourrait d’ailleurs en trouver d’autres tout près de là, à l’abbaye de Fontfroide, ou plus loin dans les Corbières, dans l’église de Montjoi. Mais si vous tenez absolument à dégoter un amphibien toulousain, on peut vous suggérer d’aller examiner, au musée des Augustins, un chapiteau provenant de la Daurade qui représente l’histoire de Job. Le diable qui y est sculpté a quelquefois été décrit comme ayant les traits d’un crapaud. Mais c’est assez subjectif, comparé à la rainette narbonnaise.
Inscription funéraire romaine trouvée au quartier du Férétra à Toulouse, Lavalée graveur, publiée en 1782 par Jean-François de Montégut dans le premier tome de "l'Histoire et Mémoires de l'Académie royale des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse".

Férétra(ïque) : fête et antique


février 2024
Comme chaque année, va se dérouler, au mois de juillet, le grand Fénétra, manifestation dédiée aux danses et musiques traditionnelles. Cet évènement est l'écho d'anciennes fêtes religieuses dont l'origine se trouverait au quartier du Férétra, à la sortie sud de Toulouse. Vous remarquerez que la graphie est un peu flottante, d'autant plus que l'on trouve aussi au Moyen Âge les variantes Félétra ou Falétra. Mais c'est surtout la forme Férétra qui a intéressé les érudits car, en la comparant avec le mot latin feretrum, qui désigne un lit mortuaire, ils ont pu imaginer un pedigree antique, sous la forme de cérémonies en l'honneur des morts.
Ce fut l'hypothèse de Jean-François de Montégut qui, en 1782, présenta comme preuve la découverte d'une inscription funéraire romaine dans ce quartier, dont nous vous présentons le dessin. Ainsi ces fêtes « férétraïques » témoigneraient de la présence d'une nécropole durant l'Antiquité. Ceci n'a d'ailleurs rien d'étonnant : les villes romaines implantaient leurs cimetières dans leur proche banlieue, notamment le long des routes.
Chapiteau représentant l’histoire de Job provenant de la Daurade à Toulouse, H. Révoil dessinateur et A. Guillaumot graveur, publié en 1873 dans le troisième tome de l’Architecture romane du midi de la France.

Les archéologues toulousains ont deux Jobs


janvier 2024
Non, il ne s’agit pas ici de dire que le travail d’archéologue est si précaire qu’il en faudrait prendre un second job pour survivre. Pourtant nombre de ceux qui exercent cette profession pourraient témoigner que l’on commence souvent sa carrière de façon chaotique. Entre institut public et entreprises privées, entre université et musées, il faut souvent enchaîner incommodément les missions avant d’obtenir, comme Job après ses épreuves, la divine reconnaissance : un CDI…

En fait, c’est bien Job, le personnage biblique, que nous voulons évoquer. Nous avons la chance, à Toulouse, de pouvoir étudier deux chapiteaux romans représentant son histoire, conservés au musée des Augustins. Le plus beau, dont nous présentons une illustration, a été récupéré lors de la démolition du cloître de la Daurade au début du 19e siècle. L’autre, incomplet, présente une déclinaison identique mais plus fruste du décor du précédent. Sa provenance est problématique bien que l’inventaire actuel du musée indique la cathédrale Saint-Étienne, d’après le catalogue Rachou de 1912. Henri Rachou disait retenir cette origine d’après la Société archéologique du midi de la France, donatrice de cet objet. Or, quand cette société l’a elle-même récupéré en 1887, c’est l’abbaye Saint-Sernin qui avait été évoquée. Donc Rachou a manifestement commis un lapsus entre ces deux églises toulousaines.

Objectivement, personne ne pouvait vraiment savoir d’où il venait car il avait été retrouvé sans pedigree dans les locaux de l’Institut catholique, alors que sa forme rectangulaire indiquait qu’il avait été retaillé pour servir de simple moellon. Néanmoins si Saint-Sernin n’était qu’une spéculation, on peut deviner son inspiration : on avait aussi précédemment découvert à l’Institut, en remploi dans des constructions, des pierres tombales qui provenaient bien de cette abbaye. De là à supposer que tous ces matériaux de récupération avaient une même origine… Il faut noter que l’historien Jules de Lahondès proposa de son côté, sur l’argument de la forme, une même provenance de la Daurade pour ces deux chapiteaux.
Substructions antiques découvertes près de la chapelle Saint-Roch des Récollets à Toulouse, relevé par Pierre Fort, 30 mars 1954, Mairie de Toulouse, Archives municipales, fonds Pierre Salies.

Archival Toto, Archéo Total


décembre 2023

Il suffira d'attendre assez longtemps… et nos objets quotidiens finiront dans un musée… et nos journées ordinaires seront analysées par des historiens. On peut imaginer, dans quelques centaines d'années, une unité de recherche universitaire baptisée « Archival Toto » (car l'humanité ne parlera alors qu'en anglais), chargée de documenter les étranges faits et gestes d'un certain petit groupe d'individus ayant parcouru la planète à la fin du 20e et au début du 21e siècle. Ils découvriront alors peut-être, dans les archives municipales de Toulouse, des images de cette tribu migratrice, nommée « Toto », animant une étrange cérémonie, appelée « concert », le soir du 30 mars 1999 à Toulouse. Et à partir d'une photographie, dont vous trouverez la reproduction dans une autre rubrique de ce numéro d'Arcanes, ils s'interrogeront probablement sur la signification cultuelle des éclairages ou tenteront de reconstituer des instruments de musique oubliés.

Si nous abandonnons le collectif Toto pour nous intéresser au singulier Total, ce grand groupe énergétique français a publié, dans les années 1970-1980, une revue intitulée « Caesarodunum ». Souvent sous-titrée « Total Archéologie », son fascicule de l'automne 1980, intitulé « Les 100 villes qui ont fait l'Occident », contient un article sur Toulouse par Pierre Salies et Georges Baccrabère. L'un de ses principaux intérêts était de dévoiler le dessin de substructions antiques découvertes en 1954, près de la chapelle Saint-Roch des Récollets, lors du creusement d'une tranchée dans la rue. Mieux encore que le croquis publié, nous pouvons vous présenter aujourd'hui le relevé original, maintenant conservé aux Archives municipales.

Journée portes ouvertes sur le chantier archéologique de l’hôpital Larrey à Toulouse, 11 décembre 1988. Reportage photographique de la Direction de la Communication - Mairie de Toulouse, Archives municipales, 15Fi5933/2.

Anciennes visites, dernière visite


novembre 2023
Les archéologues médiévistes ou modernistes apprécient tout particulièrement la lecture des anciennes visites pastorales. Ce sont les comptes rendus des inspections faites régulièrement par les évêchés dans les paroisses. On y notait l’état des églises et des cimetières, ainsi que du mobilier utilisé par le curé, et on indiquait ce qui devait être amélioré. Même les chapelles privées étaient examinées. C’est ainsi que, lors d’une étude menée par le service archéologique de Toulouse Métropole à Beaupuy, on a relevé que le seigneur du lieu avait possédé sa propre chapelle à côté de son château, tous les deux maintenant disparus. Et plus récemment, à l’occasion de la révision de la carte archéologique de Saint-Orens-de-Gameville, les visites ont permis de recenser des oratoires avec leur autel domestique chez plusieurs habitants du 18e siècle, structures qu’il aurait été bien difficile de repérer autrement.

Mais les archéologues organisent aussi leurs propres visites. Il s’agit de journées portes ouvertes qui permettent au public de visiter leur chantier en cours de fouille. À Toulouse, on pratique ce type de médiation depuis les années 80 comme le montre la photographie que nous présentons. Nous sommes le 11 décembre 1988 sur le site de l’ancien hôpital militaire Larrey et nous pouvons y apercevoir les ruines d’un bâtiment des 5e-6e siècles de notre ère. L’occasion n’était pas à manquer car il s’agissait là d’une dernière visite. En effet, ces vestiges, identifiés comme le palais des rois wisigothiques de Toulouse, ont laissé peu après la place à un projet immobilier.
Double tournois de Louis XIII découvert dans un sarcophage de l’enfeu des Comtes à la basilique Saint-Sernin de Toulouse, photographie Marc Comelongue, Direction du Patrimoine de Toulouse Métropole.

Sus à l’intrus : Louis XIII chez les comtes de Toulouse


octobre 2023
Les archéologues n’aiment pas trop les intrus. Tout d’abord ceux qui s’introduisent sur leurs chantiers pour dérober ou dégrader du mobilier. C’est déjà arrivé à Toulouse, notamment lors de fouilles de cimetières anciens à la halle aux grains en 1999-2000 ou dans la rue des Trente-Six-Ponts en 2014 où des sépultures ont été vandalisées. Et puis il y a les intrus qu’ils découvrent dans les couches archéologiques. En général, c’est un objet plus ancien que le milieu où il se trouve. On comprend alors sans difficulté qu’il y a pu avoir un mélange : un habitant du Moyen Âge a pu, par exemple, en creusant dans son jardin, déterrer une monnaie antique et la transplanter dans son espace chronologique.

Par contre, c’est quelquefois un objet plus récent qui perturbe la datation d’un ensemble et il est difficile d’expliquer sa présence. Récemment, le service archéologique de Toulouse Métropole a fouillé à Toulouse, sous la direction de Bastien Lefebvre, l’un des sarcophages de l’enfeu qui se trouve à l’extérieur de l’église Saint-Sernin. Réputé contenir les restes des comtes médiévaux de Toulouse, on eut la surprise de découvrir dans ce tombeau une monnaie de Louis XIII, plus précisément un double tournois des années 1620 dont nous présentons une photographie, accompagné d’ailleurs de tessons de poteries d’époque moderne. Nous passerons sur l’ironie de voir, à côté des ossements des comtes, des fleurs de lys, emblème des rois de France qui ont justement mis fin à la dynastie comtale au XIIIe siècle. Alors, que s’est-il passé ? On pourrait presque imaginer quelqu’un balayant autour de la basilique vers 1700 qui, ne sachant pas trop quoi faire des déchets qu’il a ramassés, aurait soulevé le couvercle du sarcophage pour l’utiliser comme une simple benne à ordures…
Affiche touristique pour la grotte du Mas-d’Azil, illustrateur Amable Eugène Benoist, vers 1940, documentation Marc Comelongue.

Tourisme à l'Amable


septembre 2023

Toulouse possède quelques sites archéologiques et touristiques. Gérés pour la plupart par le musée Saint-Raymond, le plus connu est l’amphithéâtre romain de Purpan où des visites guidées sont organisées depuis des décennies. Quoi de plus normal, d’ailleurs, que de voir des touristes dans un édifice construit originellement pour le spectacle.
Nous aurions pu alors vous présenter le programme d’ouverture de 1996 que nous possédons dans nos papiers mais, celui-ci étant une photocopie assez simple, nous préférons vous montrer un document un peu plus attrayant.

Il s’agit d’une publicité concernant la grotte ariégeoise du Mas-d’Azil. Site préhistorique célèbre depuis la fin du XIXe siècle, elle fut aménagée touristiquement à la fin des années 1930 par Joseph Mandement. Notre affiche elle-même date de vers 1940, année où Mandement a commencé à utiliser la même illustration dans sa correspondance. Mais ne sommes-nous pas un peu loin de Toulouse ? Pas tant que ça…
Regardez la signature du dessin et vous lirez « B. Amable ».
C’est celle du peintre Amable Eugène Benoist de Saint-Ange qui fut le décorateur du théâtre du Capitole dans les années 1920. La ville de Toulouse l’a d’ailleurs honoré à ce titre en baptisant de son nom une nouvelle rue en 2004.

Dessins préhistoriques du Salon Noir de la grotte de Niaux, tirage papier noir et blanc, auteur et date de la photographie inconnus, documentation Marc Comelongue.

Vieilles Salles et sombre Salon


juillet-août 2023
Si nous avons l’habitude d’orthographier « salle » en mode mineur, comme salle de bains ou salle de sport, ce terme avait un peu plus de prestige au Moyen Âge. Quand on construisit à Toulouse, au XIVe siècle, une nouvelle bâtisse au Château Narbonnais, devenu ensuite le Parlement et qui se trouvait à l’emplacement du palais de justice actuel, on la nomma respectueusement Salle-Neuve. De plus en Gascogne rurale, de nombreux châteaux et manoirs sont aussi dénommés « Salle ». Mais cela intéresse essentiellement les médiévistes.
D’autres archéologues sont aussi concernés : les préhistoriens spécialistes d’art pariétal. En effet, ils étudient surtout des grottes dont les salles sont des repères essentiels, à l’instar de la Salle du Sanctuaire de la grotte des Trois-Frères en Ariège. Ils peuvent d’ailleurs trouver dans ce département un lieu d’étude encore plus confortable : un salon ! C’est le célèbre Salon Noir de Niaux avec ses dessins magdaléniens de chevaux, de bouquetins et de bisons dont nous présentons une photographie.
Portrait de Socrate et autel antique orné d’un visage de silène conservés au musée Saint-Raymond de Toulouse, Mairie de Toulouse, Archives municipales, cartes postales, 9Fi3889 (extrait), photographie Philippe Folliot et 9Fi3928 (extrait), photographie Jacques Glories.

Pas gâté par la nature : si laid ou silène ?


juin 2023
Les portraits sculptés grecs et romains sont souvent si beaux que l’on peut quelquefois soupçonner leurs auteurs d’avoir embelli les visages de leurs modèles. Pourtant il en est un qui semble tellement avoir été si peu gâté par la nature que les artistes n’ont pas su l’enjoliver. Il s’agit du philosophe Socrate. Sa laideur était d’ailleurs proverbiale, au point que ses contemporains ont pu le comparer aux silènes, êtres monstrueux de la mythologie antique.
Deux sculptures conservées au musée Saint-Raymond de Toulouse vont nous permettre de faire la comparaison. L’une est un buste de Socrate d’origine inconnue, et l’autre un autel romain découvert en 1862 près de la cathédrale Saint-Etienne à Toulouse. Ce dernier est orné de visages dont un, celui d’un silène barbu, peut se rapprocher de celui du moche penseur : mêmes barbe, front dégarni et traits disgracieux. Pourtant un détail vous permettra de faire la différence : le silène a les oreilles pointues. Socrate non, il n’aurait plus manqué que ça.
Imposte en fer forgé du XVIIe siècle disparue sans laisser d’adresse précise dans la rue de la Pomme, publiée dans la Revue générale de l’Architecture et des Travaux publics de 1879.

Pomme sans fruits


mai 2023
Les investigations menées pour la carte archéologique de Toulouse Métropole ont pour but de recenser des vestiges très anciens mais aussi des éléments beaucoup plus récents, modernes ou contemporains. Toutefois ces derniers doivent répondre à deux conditions : avoir disparu mais néanmoins pouvoir être décrits par une illustration ou un texte. De plus, on espère toujours retrouver précisément leur ancien emplacement. Mais cela n’est pas toujours possible.
C’est le cas dans la rue de la Pomme où, pour deux fenêtres à meneaux du XVIe siècle et une belle imposte en fer forgé du XVIIe siècle publiées et illustrées dans les années 1860-1870, les tentatives de relocalisation exacte ont été infructueuses. Cette pomme nous laisse donc avec trois fruits défendus pour la cartographie du patrimoine toulousain, disparus sans laisser d’adresse.
Disque d’interview de l’abbé Breuil par le docteur Sahly : à gauche étiquette du vinyle, à droite couverture du livret d’accompagnement, infographie Marc Comelongue, Direction du Patrimoine, Toulouse Métropole.

Le disque en archéologie, l’archéologie en disque


avril 2023
Il est fort probable que tout archéologue entendant le mot « disque » pensera immédiatement au Discobole, célèbre statue sculptée au Ve siècle av. J.-C. par le grec Myron. De nombreuses copies en furent produites durant l’Antiquité et le musée Saint-Raymond de Toulouse possède d’ailleurs l’une d’entre elles, découverte à Carcassonne au XVIIIe siècle. Malheureusement elle est incomplète. Pas de bras, donc pas de main et par conséquent pas de disque pour illustrer notre chronique.
Je vous propose donc, plutôt que de chercher le disque en archéologie, de tenter de trouver de l’archéologie en disque. Il faut pour cela se transporter à Rieumes, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Toulouse, chez le docteur Ali Sahly. Ce chercheur, qui avait su allier sa formation de médecin à sa passion de la préhistoire en étudiant les mains peintes de la grotte de Gargas, était un grand ami du célèbre préhistorien, l’abbé Breuil, qu’il hébergeait régulièrement. Lors d’un de ces séjours, en août 1960, A. Sahly eut la bonne idée d’interroger Breuil sur l’art préhistorique et de l’enregistrer. Un an plus tard, le 14 août 1961, l’abbé décédait. Le docteur Sahly publia alors, en hommage, cet enregistrement sous la forme d’un disque vinyle 33 tours. Cette rareté discographique témoigne que l’abbé avait gardé, dans ses quatre-vingtièmes années, esprit alerte et parole limpide. Ceux qui connaissent l’écriture quasi indéchiffrable qu’il produisait à la fin de sa vie auraient pu en douter. Il faut noter qu’un livret contenant la transcription de l’interview accompagnait aussi le disque.
Bas-relief d’Oô conservé au musée des Augustins de Toulouse, photographie publiée dans le Bulletin municipal de la Ville de Toulouse de Juin-Juillet 1940.

Histoire d'Oô


mars 2023

Oô. C’est ce que les visiteurs ont pu lire sur le cartel du bas-relief que nous présentons, quand il a intégré le musée de Toulouse en 1820. Car c’est dans les murs de l’église du village pyrénéen d’Oô qu’il avait été découvert. Drôle de nom qui se réfère à l’eau, puisque oô signifierait lac d’après les toponymistes. C’est d’ailleurs sur le territoire de cette commune que se trouve le lac d’Oô, l’un des sites les plus connus des Pyrénées.

Oh ! C’est ce qui a pu résulter d’une étude plus attentive de cette sculpture. Son sujet est effectivement surprenant : une femme nue avec un serpent qui, sortant de son sexe, vient s’allaiter à son sein. On a évidemment d’abord pensé à une divinité bizarre sortant du fond des âges, mais on a ensuite compris qu’il s’agissait probablement d’une production médiévale ou moderne. Dans ces communautés montagnardes qui n’avaient pas les moyens d’engager de véritables artistes, on pouvait alors s’improviser sculpteur ou peintre en toute naïveté. Mais pour raconter quelle histoire ? Une obscure légende locale ? Ou bien une péripétie trop grivoise de la relation d’Ève avec le Serpent qu’on aurait écarté du récit biblique ? Il serait, en effet, étonnant de retrouver l’histoire d’Oô dans la Bible.

Fragments de verre médiéval à décor de filets verts, découverts dans les Pyrénées au sud de Toulouse, photographie Marc Comelongue, Direction du Patrimoine de Toulouse Métropole.

Vers le vert sur verre


février 2023

Au bas Moyen Âge, la fabrication de verre était déjà bien standardisée et l’on pouvait retrouver les mêmes productions dans tout le sud de la France. Notamment de beaux récipients à parois très fines et translucides, ornés de filets bleus, dont plusieurs exemplaires ont été découverts à Toulouse. On rencontre aussi pourtant dans les fouilles de notre région des artéfacts de même type, mais cette fois-ci décorés de filets verts. Alors que s’est-il passé ?

Comme on peut le remarquer sur les fragments que nous avons photographiés, certains verriers médiévaux avaient du mal à obtenir une transparence parfaite et leur produit gardait une légère teinte verdâtre, pratiquement imperceptible tant que le verre restait fin. Mais dès qu’on l’épaississait, en posant des filets par exemple, la couleur verte se révélait franchement. Du coup, il devenait aléatoire de teinter en bleu une matière qui était déjà d’une autre coloration. Ces verriers abandonnèrent alors les décors bleus, économisant d’ailleurs ainsi l’achat du cobalt qui servait à les fabriquer. La contrepartie de cette mutation vers le vert sur verre étant des produits assurément moins attrayants.

Archéologues jusqu’au-bouetistes ayant touché le fond (d’un puits gallo-romain), site de Barquil à Cornebarrieu, 2017, photographie Flore Diverrez / Service de l’Inventaire patrimonial et de l’Archéologie de Toulouse Métropole.

Archéologue, jusqu’au boue


janvier 2023

Les archéologues se retrouvent régulièrement les pieds dans la boue à la moindre averse. Il ne peut en être autrement quand son métier est de faire des trous. Et même quand il ne pleut pas, à force de creuser on rencontre immanquablement un jour la nappe phréatique. Cela sonne généralement l’arrêt des travaux sauf pour des structures archéologiques particulières : les puits. Par fonction, ils baignent dans l’eau et il est alors impossible d’éviter le bain de boue si l’on veut les explorer jusqu’au fond. La photographie que nous présentons l’illustre parfaitement avec un puits antique fouillé, en 2017, par le service archéologique de Toulouse Métropole dans la commune de Cornebarrieu.

Pire encore, la boue séchée peut aussi poser problème. En effet, le sous-sol de Toulouse est formé par une roche particulière mise en place durant l’ère tertiaire : la molasse. Très tendre, elle peut facilement se transformer en boue, glisser et se reconstituer quasiment à l’identique en séchant, au point qu’il est difficile de s’apercevoir qu’elle a bougé. C’est un piège dont les archéologues toulousains se méfient, surtout lorsqu’ils fouillent au pied des collines qui entourent la ville. Quand ils y rencontrent une couche de molasse, ils se gardent bien de conclure hâtivement qu’ils sont en présence d’une strate géologique naturelle très ancienne. Ils creusent toujours un peu plus profondément pour vérifier s’il ne s’agit pas d’une coulée de boue molassique qui, dévalant des pentes, aurait recouvert des vestiges beaucoup plus récents.

Structure antique démolie en 1866 lors de la construction de l’école Lespinasse à Toulouse, d’après sa publication par Jacques-Jean Esquié en 1871, Mairie de Toulouse, Archives municipales, FRAC31555_REV101_ill (extrait).

Un siphon, les Romains


décembre 2022

Les siphons sauvent notre quotidien en empêchant la remontée des mauvaises odeurs par nos canalisations. Au Moyen Âge et à l’époque moderne, les toulousains n’en bénéficiaient pas, même dans les bâtiments les plus élaborés comme la tour des latrines de l’ancien monastère de la Daurade étudiée par les archéologues en 1993. Ainsi après chaque tir au but, des exhalaisons pouvaient jouer le match retour. Les mieux lotis étaient ceux qui pouvaient construire leurs toilettes au-dessus d’un cours d’eau, comme à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques le long de la Garonne.

Pourtant le principe du siphon était connu dès l’Antiquité. Au cours de la construction de l’école Lespinasse en 1866, dans le quartier Saint-Cyprien sur la rive gauche de la Garonne, on a démoli les vestiges d’une imposante et mystérieuse structure antique. On s’aperçut alors qu’elle contenait une canalisation verticale. Qu’en penser ? Elle était située sur le trajet de l’ancien aqueduc construit par les Romains pour alimenter la ville. Or on sait que lorsque ceux-ci devaient faire franchir un point bas à leurs aqueducs, comme une rivière, ils construisaient un réservoir en hauteur se déversant dans une conduite forcée. Le siphon ainsi créé permettait alors à l’eau de remonter une fois le point bas franchi. On imagine bien la mise en œuvre d’une telle solution à Toulouse où la ville antique occupait un point haut sur la rive droite de la Garonne.

Ainsi font les Romains.

Cachet d’oculiste en stéatite à quatre inscriptions découvert dans le Tarn-et-Garonne, d’après sa publication par Emile Espérandieu en 1904.

Vue et cachet


novembre 2022
Les archéologues développent souvent un sixième sens qui leur permet de comprendre le monde en grattant avec une truelle. Mais la vue leur est aussi d’une aide précieuse sans qu’ils soient d’ailleurs tous égaux sur ce sujet. Quand deux chercheurs fouillent la même couche de la fin de l’Antiquité, on remarque souvent que l’un va retrouver plus facilement les minuscules monnaies en bronze de cette période. La vue peut être aussi sélective. En prospectant un champ labouré, l’un repérera plutôt les tessons de poteries tandis que l’autre ne verra que les outils préhistoriques en pierre taillée ou polie.
Les artefacts liés à la vue ne sont pas si communs. En attendant la découverte d’un œil de verre ou d’une paire de lunettes anciens, ce sont surtout les cachets d’oculistes antiques qui ont intéressé les archéologues. Petits objets en pierre, ils portent sur leurs tranches des inscriptions latines gravées permettant d’estampiller un remède, souvent un collyre, dont la consistance était assez plastique pour cela. On pouvait ainsi y lire le type d’affection qui était soignée, souvent le patronyme du médecin prescripteur et quelquefois le nom même de la substance. Il semble que l’on n’en ait découvert encore aucun à Toulouse et le seul répertorié dans notre région, dont nous présentons l’illustration, a été trouvé dans le Tarn-et-Garonne. Par contre un collectionneur toulousain, Théodore de Sévin, possédait au XIX e siècle un objet encore plus rare, mais malheureusement d’origine inconnue : une petite ampoule en plomb en forme d’amphore portant l’inscription « Ex officina Lucii Octavii ad caliginem », que l’on peut traduire « De l’officine de Lucius Octavius pour guérir les obscurcissements de la vue ».
Emballage de préhistoriens ou témoignage d’un trafic de crâne entre Toulouse et Paris, photographie Marc Comelongue. Direction du Patrimoine, Toulouse Métropole.

L'archéologie par l'emballage


octobre 2022
Au vu des nombreuses fouilles opérées en France, le conditionnement des objets archéologiques est un enjeu majeur abordé avec rationalité. Des normes régissent leur emballage dont la pièce maîtresse est un bac plastique aux dimensions bien précises utilisé universellement, complété par diverses tailles de sachets à fermeture ZIP permettant d’isoler les lots de mobilier dans les caisses. Tout ceci durera jusqu’au jour où l’on s’apercevra que le plastique est une matière dégradable…
Auparavant, les institutions qui en avaient les moyens se tournaient vers la menuiserie, et leurs collections étaient rangées dans de beaux tiroirs en bois. Certains archéologues, amateurs moins fortunés, pouvaient exploiter des sources de contenants plus singulières : l’un, travaillant dans une banque, aura recyclé les boîtes en carton servant à expédier les chèques, tandis qu’un autre, copain avec un boucher, aura récupéré des caisses en polystyrène servant à transporter de la viande…
Un contenant privé de son contenu peut aussi susciter de l’intérêt. Ainsi, une caisse en bois retrouvée récemment à Toulouse ne pouvait qu’intriguer les archéologues. Une étiquette indiquait les noms de son expéditeur : l’anthropologue Henri-Victor Vallois, connu pour avoir étudié de nombreux restes humains préhistoriques, et de son destinataire, le célèbre préhistorien toulousain Louis Méroc. Une enquête a conclu qu’il ne pouvait s’agir que de la caisse ayant servi au retour d’un crâne magdalénien recueilli dans une grotte pyrénéenne en 1959 par L. Méroc, qui l’avait envoyé à Paris au professeur Vallois pour étude. Bon, je ne vous sens pas trop emballés par mon histoire d’emballage… À quoi sert d’étudier un contenant vide, me direz-vous non sans raison ? En fait, la caisse n’était pas toute seule et débrouiller son pedigree a permis aussi de donner un contexte aux objets sans généalogie qui l’accompagnaient.
Extraits des plombs inscrits de Vindrac (81) et de Tabariane (09), infographie Marc Comelongue. Direction du Patrimoine, Toulouse Métropole.

Ne t'aime, Anathème


septembre 2022
Si vous n’aimez pas quelqu’un, vous pouvez tenter l’anathème. Et si vous croyez à l’existence de forces occultes, vous pouvez demander leur aide en leur envoyant un message comprenant le nom de l’individu à cibler et la liste des malheurs à lui infliger (et éventuellement son adresse, ça ira plus vite). Pendant l’Antiquité et le haut Moyen Âge, ces malédictions étaient souvent gravées sur une feuille de plomb. Mais comment faire passer ces suppliques aux entités diaboliques chargées de les exécuter ? Il fallait trouver un coursier qui se rendait de « l’autre côté », autrement dit un mort que l’on enterrait. C’est pourquoi on retrouve ces artefacts dans des tombes, de personnes qui, d’ailleurs, n’avaient pas spécialement un lien avec les protagonistes de la damnation. Les archéologues en découvrent néanmoins rarement. Les raisons principales sont que ces feuilles de plomb sont très petites, repliées en rouleau et souvent en mauvais état, prenant l’aspect d’un objet assez insignifiant, déchet de métal ou galet désagrégé, qui peut facilement passer inaperçu.
Dans notre région, deux découvertes relativement récentes sont à signaler : l’une dans la nécropole alto-médiévale de Vindrac dans le Tarn, l’autre dans le cimetière mérovingien de Tabariane dans l’Ariège. Et elles sont passées ensuite par Toulouse, dans le laboratoire de restauration Materia Viva. Une fois déroulées, les feuilles ont bien dévoilé une inscription. Mais, comme vous pouvez le voir dans l’image ci-jointe, elles sont restées indéchiffrables, ce qui est souvent le cas, même si on peut deviner qu’elles sont « écrites » en minuscule latine. On peut subodorer que le sorcier chargé de les rédiger ne devait pas plus savoir écrire que le demandeur ne devait savoir lire. C’est le geste qui compte, me direz-vous. Sauf que l’on peut s’interroger sur leur efficacité : les démons n’ont sûrement pas compris ce que l’on leur demandait… De plus, ont-ils vraiment lu ces messages ? Comme ils ont été retrouvés encore enroulés, on peut en douter.
Ardoise gravée de portées vierges découverte lors de la fouille archéologique du Lycée Ozenne à Toulouse en 1997, infographie Marc Comelongue. Direction du Patrimoine, Toulouse Métropole.

Graver chant, chanter grave (ou aigu)


juillet-août 2022
Transmettre la musique en dehors de l’apprentissage direct fut un problème ardu à résoudre. Évidemment, l’écriture pouvait archiver les mots d’un chant depuis l’Antiquité. Mais comment représenter les notes ? L’utilisation de la portée à partir du Moyen Âge a permis de débrouiller cette difficulté. Elle est constituée de lignes horizontales représentant une échelle sur laquelle on s’élève en passant du grave à l’aigu. Ainsi, de nombreux manuscrits médiévaux et modernes nous permettent d’entendre leur époque.
Les ardoises gravées ont aussi été utilisées pour transcrire la musique. Elles sont relativement rares, mais nous avons la chance d’en conserver à Toulouse. Celles-ci ont été découvertes en 1997 lors de la fouille archéologique du lycée Ozenne, dirigée par Jean-Charles Arramond (Association pour les fouilles archéologiques nationales) et sont parfaitement à leur place. En effet, ce site fut à l’époque moderne celui de la maîtrise des chanoines de l’abbaye Saint-Sernin, c’est-à-dire un établissement servant à former les enfants de chœur. Le fait que seules les portées sont représentées montre d’ailleurs bien que nous sommes dans un contexte d’enseignement du chant où les ardoises servaient aux exercices, les notes étant tracées à la craie, puis effacées.
Porte de l’hôtel de Bernuy, détail d’une gravure publiée dans Toulouse monumentale et pittoresque en 1842, dessinateur Perrin, graveur Achille Delor, Mairie de Toulouse, Archives municipales, RES111 (extrait).

Du prêt à l’hôtel


juin 2022

Aujourd’hui cette expression évoquerait immanquablement le surendettement provoqué par l’abus des prêts à la consommation, la perte de sa maison, et la précarité de la vie à l’hôtel. Au filtre de la Renaissance toulousaine, le sens peut être tout différent : les liquidités accumulées par de riches marchands, une fortune que l’on peut multiplier en accordant des prêts à intérêt, et l’acquisition de riches demeures au centre de notre cité. C’est ainsi que Jean de Bernuy put faire construire au début du 16e siècle l’hôtel particulier qui porte son nom, devenu par la suite collège des Jésuites et aujourd’hui lycée Pierre-de-Fermat. L’argent qu’il avait gagné grâce au commerce du pastel lui avait permis d’assumer la caution de la rançon de François Ier en 1525 et plus tard, en 1539, d’être l’un des principaux contributeurs d’un important prêt « consenti » par les Toulousains au roi de France.
L’image ci-contre représente la partie supérieure de la porte d’entrée de son hôtel que l’on peut encore admirer dans la rue Gambetta, telle qu’elle a été publiée en 1842. Si l’on est prêt à y regarder de plus près, la comparaison avec une illustration donnée par l’archéologue Alexandre Du Mège, dans les Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France édités en 1837, montre des évolutions révélatrices de quelques restaurations.
Tout d’abord le médaillon central contient un mascaron d’Apollon alors qu’il montrait auparavant un monogramme du Christ. Au-dessus, le bandeau tenu par un ange porte manifestement une inscription alors que Du Mège semblait indiquer que celle-ci avait disparu. Actuellement on y lit très clairement la devise gravée SI DEVS PRO NOBIS, Si Dieu est avec nous, or cette sentence orne une autre porte de l’hôtel située dans une cour d’où on l’a manifestement prise comme modèle vers 1840. Enfin, les deux médaillons supérieurs portent des bustes alors que Du Mège les avait vus vides. Très bizarrement ces deux bustes dessinés ressemblent « presque » à ceux que l’on peut voir aujourd’hui : il faut néanmoins les intervertir et, de plus, retourner leur image en miroir pour enfin les faire correspondre à la réalité. L’humour est dans l’à-peu-près…

Médaillon de l’ancien hôtel de Pins, photographie Eugène Trutat, 1899, Mairie de Toulouse, Archives municipales, 6Fi68 (détail).

Recyclage chapeau Renaissance


mai 2022
Vous cherchez des chapeaux ? Allez chez un chapelier. Et, ça tombe bien, il y a une rue des Chapeliers à Toulouse… ou plutôt il y avait, car celle-ci a disparu, effacée par la rue du Languedoc tracée en 1899-1904. C’est dommage, car il y avait un beau bâtiment Renaissance dans cette rue : l’hôtel de Pins construit au XVIe siècle qui possédait des galeries ornées de médaillons montrant des têtes dont certaines portaient… des chapeaux, comme le montre la photographie ancienne que nous publions. Alors, perdus ces galures ? Heureusement non. Car les galeries et leurs sculptures ont été récupérées lors de la démolition de l’hôtel de Pins puis remontées pour une partie dans le nouvel hôtel, dit Antonin, construit à sa place et pour l’autre dans l’hôtel Thomas bâti à la même époque, non loin de là, dans la rue Croix-Baragnon.
La cellule archéologique de Toulouse Métropole a aussi été récemment sur la piste d’un chapeau. Un sondage a été réalisé sous la direction de Christophe Calmés à l’emplacement de l’ancien n° 14 de la rue des Arts, immeuble détruit par le percement de la rue de Metz en 1895-1897. Or c’est à cet endroit que s’était autrefois élevée l’hostalaria del capel rouge, l’auberge du Chapeau Rouge, détruite par un incendie au XVe siècle. Mais aucun vestige de couvre-chef n’a été découvert lors de cette fouille.
Dépôt de lœss jaune repéré à Saint-Jory lors d’une fouille archéologique, photographie Teddy Bos, Cellule Archéologie de Toulouse Métropole.

« Poussière de vent »


avril 2022

C’est la définition que l’on pourrait donner du lœss, formation géologique composée de particules charriées par le vent puis accumulées sur des épaisseurs de plusieurs mètres. On en trouve d’ailleurs autour de Toulouse dans les vallées de la Garonne et de l’Hers où ces dépôts se sont formés il y a environ 20 000 ans, pendant la dernière période glaciaire appelée Würm. Comme le champ d’étude de l’archéologie s’est élargi à l’histoire de l’environnement, ce sont non seulement les traces laissées par l’homme lui-même qui intéressent les archéologues, mais aussi tout ce qui a pu influer sur son existence : la faune sauvage, la végétation, le climat et la géologie.

C’est ainsi que le lœss a pu influencer, par deux fois et de façons opposées, la vie de nos ancêtres toulousains : tout d’abord au moment de sa formation, où un climat froid et un vent violent (l’ancêtre du vent d’autan ?) a été un frein à l’implantation des populations humaines du Paléolithique supérieur dont les vestiges sont effectivement très rares autour de Toulouse. Puis, bien plus tard, il a joué un nouveau rôle lorsque l’homme est devenu agriculteur et qu’il a remarqué que les sols formés sur le lœss sont très fertiles. C’est d’ailleurs sur l’un de ces terroirs que s’est implanté le plus important village néolithique de notre région à Villeneuve-Tolosane / Cugnaux aux Ve-IVe millénaires avant notre ère.

Au sein de la Cellule Archéologie de Toulouse Métropole, Teddy Bos, archéologue et aussi géomorphologue, se charge actuellement de répertorier ces dépôts de « poussière de vent » comme le montre sa photographie prise lors d’une fouille à Saint-Jory, au nord de Toulouse.

De gauche à droite : coin héraldique du blason de Cugnaux, coin médiéval en fer, « coin » alias hache en pierre polie néolithique, dessin Marc Comelongue, Service de l’Inventaire Patrimonial et de l’Archéologie de Toulouse Métropole.

Coin : coin ?, coin ?


mars 2022
Le nom de Cugnaux, commune du confin méridional de Toulouse Métropole, trouve son étymologie dans le latin cuneus, que l’on peut traduire par « coin ». Et ce sont d’ailleurs trois coins d’or sur fond bleu que l’on peut apercevoir sur son blason. Alors, on peut imaginer qu’il y avait en ce lieu, au début du Moyen Âge, une forêt qui a été défrichée devenant ainsi le « territoire des coins de bûcherons ».
Cugnaux est également connu par les archéologues pour être l’un des plus importants sites néolithiques de la région (qui s’étend aussi sur la commune voisine de Villeneuve-Tolosane). Or, on sait que l’artefact le plus caractéristique de cette période de la préhistoire est la hache en pierre polie, et les habitants de Cugnaux ont dû en découvrir une multitude en travaillant dans leurs champs. D’autant plus que ces objets, considérés comme des « pierres de foudre », ont été de tous temps recherchés, bien avant qu’ils soient identifiés comme des pièces archéologiques. La raison ? Réputées engendrées par l’impact d’un éclair, les haches polies étaient placées dans les maisons pour les protéger de la foudre qui, c’est bien connu, ne tombe jamais deux fois au même endroit… Les auteurs anciens les appellent aussi quelquefois « céraunies », ou tout simplement « coins ». Alors Cugnaux « territoire des coins » serait-il en fait le « territoire des haches polies » ?
Boîte à sceau en bronze découverte sur un site gaulois des Pyrénées, dessin Marc Comelongue, Service de l’Inventaire Patrimonial et de l’Archéologie de Toulouse Métropole.

Une boîte sur un secret


février 2022
Les archéologues retrouvent quelquefois sur les sites antiques de notre région un drôle de petit artefact. En bronze et d’une taille d’environ deux centimètres, il forme une petite boîte avec un fond concave relié par une charnière à un couvercle plat. On pense d’abord à un contenant pouvant renfermer un parfum ou un onguent, mais on est immédiatement contredit lorsqu’on s’aperçoit que le fond est percé de trois trous. Ces objets sont aussi parfois fabriqués en os, comme l’exemplaire retrouvé lors de la récente fouille préventive de la caserne Niel à Toulouse en 2009-2011.
Heureusement, les spécialistes de l’instrumentum  nous donnent une explication. Durant l’Antiquité, on utilisait souvent comme support de l’écriture, plutôt que du papyrus rare et fragile, des tablettes de bois enduites de cire que l’on gravait avec un stylet. Elles étaient souvent reliées par deux pour former une sorte de petit livre que l’on pouvait fermer. Pour s’assurer de garder secret un message entre son auteur et celui qui le recevait, on pouvait alors nouer les tablettes avec un lien. Mais comment le destinataire pouvait-il s’assurer que ce lien n’avait pas été coupé et remplacé entre temps ? 
C’est là que notre objet intervient : c’est une boîte à sceau. Le lien était passé dans la boîte qu’il pouvait traverser, grâce à des échancrures latérales, même quand elle était fermée. On remplissait alors le fond avec de la cire chaude qui emprisonnait le lien. De plus, la cire coulait à travers les trois trous du fond et collait la boîte sur la tablette contenant le message. Enfin, l’envoyeur apposait l’empreinte de son sceau dans la cire, qui serait protégée durant le voyage par le couvercle rabattu de la boîte et que son interlocuteur pourrait identifier à la réception. Bien évidemment, on pouvait aussi sécuriser par ce moyen l’envoi de bourses ou de coffrets contenant des objets de valeur.
Lampe préhistorique décorée en grès découverte dans la grotte de Lascaux, Courrier de l’abbé Glory à Louis Méroc daté du 17 juillet 1960, archives du Service régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées

Au tournant de la gloire, Glory dans un virage


janvier 2022
Les virages ne sont pas les amis de l’humanité et moissonnent des vies parmi les archéologues aussi. Les routes du Gers, sinueuses et vallonnées, n’ont notamment pas bonne réputation et, le 29 juillet 1966, ce fut un « tournant dangereux » à Arrouède qui coûta la vie au préhistorien et abbé André Glory. La Dépêche du Midi qui relata l’accident publia d’ailleurs, dans le goût macabre de l’époque, non pas un portrait de la victime mais une photographie de la voiture fracassée. L’abbé, dont le nom prédestinait à la gloire, était sur le point de l’atteindre grâce à l’étude qu’il menait alors sur les peintures préhistoriques de la célèbre grotte de Lascaux. Cette tâche lui avait confiée dès 1953 par l’abbé Breuil vieillissant, qui appréciait ses talents de dessinateur et qui n’avait pas pu assumer lui-même ce travail. D’où le qualificatif attribué par les médias à Glory, un peu abusivement, de « successeur » de Breuil.
La présence de l’abbé dans notre région en 1966, où il venait faire une conférence au site archéologique de Montmaurin, s’explique par des liens créés quand il était réfugié à Toulouse pendant la seconde guerre mondiale, où certaines de ses frasques n’avaient d’ailleurs pas laissé un excellent souvenir parmi ses collègues. L’une d’elles fut sa tentative très personnelle de confiscation, à la Libération en septembre 1944 et sous le soi-disant mandat des F.F.I., du produit des fouilles à la grotte ariégeoise du Mas-d’Azil. Le fouilleur, Saint-Just Péquart, impliqué dans la collaboration venait d’être exécuté. Le préhistorien toulousain Louis Méroc s’y opposa et, en homme de loi qu’il était aussi, fit mettre cette collection sous séquestre pour la protéger. Glory ne fut pas rancunier et plus tard, en 1960, il écrivait à Méroc pour lui annoncer la découverte à Lascaux d’un artefact exceptionnel : une lampe décorée en grès, dont il griffonna un dessin.
Autel dédié au dieu ARPENINUS découvert à Cardeilhac (Haute-Garonne). Eugène Trutat - Mairie de Toulouse, Archives municipales, 51Fi331.

Où est le DEO ?


décembre 2021
L’église primitive de la Daurade à Toulouse, démolie au XVIII e siècle, était célèbre par ses mosaïques paléochrétiennes à fond doré qui lui avaient donné son nom. Mais parmi les nombreux personnages bibliques représentés, on n’y trouvait aucune reproduction de Dieu, ni même une inscription dédicatoire « À DIEU », qui aurait d’ailleurs été transcrite en latin. Donc pas de « DEO » doré.

L’image divine ne fut pas, pendant longtemps, en odeur de sainteté. En effet, certains passages de l’Ancien Testament recommandaient l’aniconisme, et il fallut attendre la fin du Moyen Âge pour voir représenté communément le Créateur. Mais les artistes avaient eu jusqu’alors assez à faire avec Jésus-Christ, la Vierge Marie et tous les Saints.

Les archéologues en manque de DEO pourront toujours se tourner vers le Musée Saint-Raymond, où sont conservés de nombreux autels gallo-romains portant des dédicaces à des divinités pléthoriques et exotiques. Aux Archives municipales de Toulouse, ils pourront aussi trouver une photographie ancienne d’un monument dédié au dieu ARPENINUS découvert à Cardeilhac (Haute-Garonne).
Polished axe / Hache polie en cinérite aveyronnaise, photographie Marc Comelongue, Service de l'Inventaire Patrimonial et de l'Archéologie de Toulouse Métropole.

Axe polie


novembre 2021
Parlons un peu de l'outil emblématique de la période néolithique : la polished axe.
- Drôle de syntaxe. Qu'est-ce qui lui prend d'utiliser l'anglais ?
Relax ! Je traduis : la hache polie. C'était juste un clin d'œil au diktat actuel obligeant les scientifiques, archéologues compris, à publier dans une revue anglo-saxonne pour être enfin, soi-disant, pris au sérieux.
Le matériau de ces haches peut être des plus communs, ou des plus rares, comme la jadéite provenant des Alpes. Dans notre région, une matière est restée longtemps mystérieuse sous la vague désignation de « pétrosilex » et ce n'est que vers 1980 que l'on a découvert son origine : la région de Réquista dans l'Aveyron. On comprit alors qu'il s'agissait de cinérite, roche composée d'anciennes cendres volcaniques solidifiées. 
Depuis la carrière d'extraction, on exportait des ébauches « à polir à la maison » et trois d'entre elles furent découvertes vers 1869, ensemble, au quartier Saint-Agne au sud de Toulouse. Elles sont conservées au Muséum d'histoire naturelle de notre ville. La photographie ci-contre montre une hache en cinérite terminée avec sa teinte claire caractéristique. Ces contacts précoces avec l'Aveyron peuvent nous interroger : les toulousains connaissaient-ils déjà l'aligot au Néolithique ? Mais ce n'est plus là une question d'« axe », mais plutôt de malaxe…
Outils en quartzite des terrasses de la Garonne taillés par l’homme préhistorique, photographie Marc Comelongue, Service de l’Inventaire Patrimonial et de l’Archéologie de Toulouse Métropole.

Tailleurs de sable


octobre 2021
Notre civilisation est bâtie sur du sable. Ou plutôt avec du sable, celui inclus dans le mortier qui lie les matériaux de nos murs. À Toulouse, on peut en trouver en abondance au fond de la Garonne, et de nombreuses cartes postales du début du 20 e siècle montrent de pittoresques « pêcheurs de sable » naviguant sur des barques, quelquefois dangereusement chargées. Des prospections archéologiques ont été menées le long du fleuve, et une épave a été repérée en 2011 près du pont de l’Embouchure. Ses découvreurs ont supposé qu’il s’agissait des vestiges d’un bateau-lavoir ou d’un ponton. Mais peut-être est-ce l’une de ces « barques à sable » qui aurait coulé à cause d’un grain de trop ?

Il existe une autre civilisation tributaire du sable : celle des hommes préhistoriques qui ont fréquenté notre région. Mais il s’agit d’un sable très, très, très transformé qui s’est métamorphosé en une pierre dure que l’on peut tailler : le quartzite. De nombreux galets de cette matière sont présents sur les terrasses de la Garonne et ont constitué une alternative au silex pour la confection d’outils. Les préhistoriens en ont découvert des quantités considérables depuis un siècle et demi.