L'image du moi(s)


Chaque mois, petit billet d'humeur et d'humour à partir d'images conservées aux Archives. Forcément décalé !

Image du moi(s) - année 2023


Boulangers au bureau de bienfaisance de Toulouse, 1938-1940, négatif N&B, 9 x 12 cm. Marius Bergé – 85Fi681

janvier 2023


Four de l'an
Dans la France du Grand Siècle, lorsqu’un spectacle ne rencontrait pas son public, on préférait annuler la représentation. Les lustres n’étaient pas allumés et la salle demeurait dans l’obscurité la plus profonde ; il y faisait noir comme dans un four. Ainsi naquit l’expression « faire un four » chez les comédiens, qui s’est ensuite popularisée pour caractériser un gros ratage ou  un échec retentissant.
En ces temps de bilan, nous pourrions donc placer l’année 2022 sous le signe du four. Diplomatique d’abord, militaire ensuite, mais aussi climatique, tant littéralement que littérairement pour cette dernière occurrence. Ainsi nous-avons pu ressentir, concrètement cet été, l’échec cuisant – si j’ose dire – des politiques visant à ralentir le réchauffement global. Et pour tout dire, nous avons parfois eu l’impression de vivre à l’intérieur d’une fournaise.   
Comme disait ma grand-mère : « On ne peut pas être à la fois et au four et au moulin », plagié sans vergogne par Mamère qui affirmait « On ne peut pas être à la fois et au fioul et à l’éolien ». Il a tout piqué à ma mémé ce gars-là, même sa moustache !  Pour filer la métaphore, on peut comprendre qu’il soit difficile d’avoir plusieurs fers au feu en même temps, surtout en période de crise, mais espérons que les grands ratages de l’année passée seront à l’origine des grandes réussites de l’année à venir. Pas comme moi, avec le Dry January, où j’échoue à chaque fois. 

À DÉCOUVRIR À DÉCOUVRIR